« la naze expérience »

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: « la naze expérience »

Message  nicolasM le Jeu 16 Aoû - 11:06

Vous savez quoi?

J'ai un a priori favorable quant a la résistance de l'acier de la boite et de l’efficacité des joints.
Ce sont certainement les pompes qui vont dérouiller What a Face
Si le ressac ne me l’emmène pas, je parie sur une boite sans corrosion, avec un cadran et mouvement restes secs, mais sans doute avec des pompes bouffées, une lunette piquée si elle est laiton (c'est un insert en alu) et un plexi par contre bien altéré par l'abrasion du mileu.
avatar
nicolasM

Messages : 39
Date d'inscription : 06/10/2017
Localisation : SDF

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: « la naze expérience »

Message  Erygyios le Ven 17 Aoû - 10:37

Petites infos glanées ça et là :

La quantité astronomiques d'inox existante est belle et bien réelle. En terme de composition un taux bas ou faible de Carbone (absence de fer donc) est un des principaux gages de résistance à la corrosion marine mais pas que ! Les ions Chlorure (entre autres) présents dans le sel marin (et d'autres saumures) se montrent corrosifs pour les inox.

De ce qui se dégage principalement, il semble n'y avoir que trois inox (dont une "variante") possédant une réelle capacité inox à l'eau de mer et utilisés pour cela :

- L'acier HR17.4PH : utilisé pour l'accastillage maritime avec du carbone à l'état de traces et une forte concentration en Chrome et Nickel. Acier mou.

- L'acier H1 : taux de carbone 0.15% utilisé en coutellerie marine avec en plus des capacités de dureté importante du fait du processus de production en dépit de ce taux de carbone bas, tout comme des capacités de tranchant importantes (acier propriété exclusif de l'aciérie nippone Myodo a priori)

- L'acier 316L et 316Ti : taux de carbone 0.02% qui est celui sur lequel les marques communiquent pour leurs plongeuses. La résistance à la corrosion du milieu marin est obtenu par un faible taux de carbone et le remplacement en grande partie du Chrome par du Molybdène apportant plus de stabilité à l'acier au contact de la saumure. Le 316Ti est de plus stabilisé par l'adjonction de Titane.

Le choix du 316L semble donc tout indiqué. On peut donc se demander si l'absence de précision à son sujet ne signifie pas purement et simplement l'utilisation d'un autre inox.

Petite anecdote concernant le milieu dans lequel j'exerce : ne pas associer acier chirurgical à 316L comme cela est souvent le cas. J'ignore si cette mention est réglementaire mais pour acier chirurgical on trouve notamment du 440 (pour son tranchant).

Enfin la chimie et la physique de ces aciers reste apparemment d'une incroyable complexité, alors si quelqu'un de calé dans le domaine passe par là … Wink !
avatar
Erygyios
Membre du Parti
Membre du Parti

Messages : 697
Date d'inscription : 09/01/2016
Localisation : Fin fond de la steppe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: « la naze expérience »

Message  nicolasM le Ven 17 Aoû - 11:36

Merci pour ces precisions.

Erygyios a écrit:
Le choix du 316L semble donc tout indiqué. On peut donc se demander si l'absence de précision à son sujet ne signifie pas purement et simplement l'utilisation d'un autre inox.

Je ne serai pas etonne que les aciers russes aient une nomenclature propre...
avatar
nicolasM

Messages : 39
Date d'inscription : 06/10/2017
Localisation : SDF

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: « la naze expérience »

Message  Palpatine le Ven 17 Aoû - 17:35

Comme d'habitude, discussion intéressante !

Du coup on a hâte de voir le résultat de cette expérience pas si naze que ça Very Happy
avatar
Palpatine
Kamarade
Kamarade

Messages : 50
Date d'inscription : 24/07/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: « la naze expérience »

Message  Jurmala 1988 le Sam 18 Aoû - 10:39

nicolasM a écrit:Merci pour ces précisions.

Erygyios a écrit:
Le choix du 316L semble donc tout indiqué. On peut donc se demander si l'absence de précision à son sujet ne signifie pas purement et simplement l'utilisation d'un autre inox.

Je ne serais pas étonné que les aciers russes aient une nomenclature propre...

En effet
DIN : nomenclature internationale
AISI : nomenclature américaine
ГОСТ : nomenclature russe
crédit: metal.org

On peut ainsi lire sur des sites russes de négociants d'acier :
10h13n17m3t, 10H13N17M2T: portent ces marques, les alliages dont la résistance à la corrosion et thermique est exceptionnelle. Grâce à ces qualités, les produits fabriqués à partir d'alliages de ces marques peuvent être utilisés avec succès dans des conditions de températures élevées et en contact même avec des environnements très agressifs. Les éléments constitutifs de ces alliages, qui déterminent leurs caractéristiques uniques, sont: chrome (16-18%), molybdène (2-3%), nickel (12-14%), carbone (0,1%), silicium (0,8%), cuivre (0,3%), titane (0,7%), manganèse (2%), soufre (0,02%), phosphore (0,035%).

Dans d'autres pays, ces alliages sont référencés, en Chine : OCr18Ni12Mo2Ti, au Japon : SUS316Ti, aux Etats-Unis : 316Ti, en France, AFNOR Z6CNDT17-12.

Mais sans marquage spécifique on peut penser qu'il s'agit plutôt d'un 304 dans la nomenclature américaine ou 8Х18Н10 pour la russe ou bien encore le 304 L soit 03Х18Н11 en russe ... bref le fameux 18/10 de nos cuisines.



C'est clair qu'on a hâte de voir le résultat et que ton expérience est loin d'être naze Kamarade NicolasM !

_________________
VintageVostokodépendant
avatar
Jurmala 1988
Co-administrateur

Messages : 3646
Date d'inscription : 20/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: « la naze expérience »

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum