Raketa bizontine et petite histoire de l'usine Slava de Besançon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Raketa bizontine et petite histoire de l'usine Slava de Besançon

Message  Hanoi le Mer 18 Nov - 17:46

Hanoï est très content: on lui a donné une belle Raketa bizontine contre sa Tissot maudite Smile


(Hanoï est très content mais reste un photographe de m***)

Du coup, j'ai cherché à gauche et à droite (à commencer par FMR bien entendu) et voilà ce que j'ai trouvé:
Avant 1961, la S.I.C.H., la Société Industrielle et Commerciale d'Expansion Horlogère, groupait 12 fabricants français de composants et exportait ses produits vers l'URSS pour l'habillage des mouvements soviétiques et de montres assemblées pour le marché russe. En 1961 est créé la société anonyme Slava, à capitaux majoritairement soviétiques, qui fait suite à la S.I.C.H. dont elle reprend l'activité d'exportation des "habillages" vers l'URSS. Mais la société se consacre essentiellement à la production et la commercialisation des montres terminées. La société importait aussi du matériel optique (photographique).

De 280.000 à 300.000 montres sont vendues dès lors chaque année sous la marque Slava par la société. 80.000 seulement étaient des montres soviétiques importées (essentiellement des montres de poche, type que l'on ne produisait pas en France), le reste était des montres fabriquées à l'usine avec des calibres venant de différentes fabriques soviétiques (Slava, mais aussi Raketa) et des boitiers, cadrans, aiguilles et bracelets produits dans différentes fabriques françaises, plus particulièrement franc-comtoises. L'usine avait fabrique une grande quantité des montres en l'honneur du Tupolev 144, mais après le crash de l'appareil le 3 juin 1973, faisant 14 morts, lors de son vol de démonstration au Bourget, ces montres n'ont pas été vendues. L'usine fabriqua et commercialisa aussi différents modèles de la marque Raketa, (comme mon exemplaire mais aussi, dans les dernières années de l'URSS, des Big Zéro), sous la marque Raketa. Le cadran de ces montres soviéto-bizontines portait "механизм cccp" ("mécanisme URSS"), ce qui les distingue de celles produits en URSS.
Les plaquettes publicitaires de la société alternaient présentation des produits et images de propagande pro-soviétique, la production était vendue en France mais aussi exportée. L'usine a aussi travaillé pour des grossistes ou des marques qui se contentaient d'inscrire leur nom sur le cadran, comme pour les premiers chronographes du joaillier Van der Bauwede qui faisait emboiter des mouvements Poljot 3133 à Besançon et les marquait "Van der Bauwede Genève"...
A l'origine, l'usine était située à l'angle de la rue Henri Baigue et la rue Nicolas Bruand. En 1976 elle à déménagé à l'angle de la rue Jouchoux et l'avenue Kennedy (l'adresse officielle de la société était 7 rue Auguste Jouchoux).

L'usine Slava de Besançon en 1983 (le parc industriel en porte encore le nom)

La photo (avec des droits donc je ne mets que le lien) d'un petit pince-fesse pour le changement de directeur à l'usine:
http://memoirevive.besancon.fr/ark:/48565/a011398428281BPLrxP/1/17
(c'est pas franchement l'orgie...)

Socialement, le fait qu'il s'agisse d'une société soviétique ne changeait pas grand'chose: le directeur (soviétique) déclarait en 1976 à L'Expansion: "Il n'y a pas de syndicat ici, d'ailleurs cela peut attendre". En mai 1978 a lieue un grève qui fera les choux gras des maoïstes français, ravis de dénoncer (le PCMLF dans L'Humanité rouge, et le PCRML dans Le Quotidien du peuple) ces "patrons soviétiques" qui n'avaient rien à envier au autres. Au début des années '80, l'usine employait 70 personnes pour l'emboitage, le contrôle et le service après-vente. Les mouvement mécaniques soviétiques ont progressivement fait place à des mouvements à quartz qui provenaient tous de la société France-Ébauches). La société aurait aussi commercialisé, dans les dernières années de l'URSS, des Big Zéro et des Rising Sun classiquement estampillée "made in USSR" (mais ont-elles été importées, assemblées à partir de pièces soviétiques, ou assemblées comme les autres en associant un mécanisme soviétique avec un habillage bizontin?).

A gauche: Big Zéro avec bizontine mention "механизм CCCP" , à droite: Big Zéro bizontines avec mention "Made in USSR"
Sources:
http://www.lallement.com/Montres/viewtopic.php?f=3&t=272&hilit=dlink&start=68700
http://www.montrespourtous.org/viewtopic.php?f=26&t=745&sid=427c3a79c28bb4b6b267a17fb06d7b70

Le 15 janvier 1990, est fondée la société anonyme Slava-Précision qui reprend les actifs de Slava. Elle est dirigée par M. Aubach, déjà actifs dans l'industrie para-horlogère (sociétés Interstrap et Watch Design), le président du Conseil de surveillance de la société est un Russe, M. Korolev. La société continue ses activités horlogères dans le même bâtiment de la rue Jouchoux, en important de Russie et de Hong Kong, et exportant vers le Canada, la Suisse et l'Italie, mais elle transfert ses activités optiques en région parisienne. Slava Précision employait encore 24 personnes en 2004, mais elle est mise en liquidation judiciaire le 12 juin 2006 (procédure clôturée en 2009).
avatar
Hanoi
Expert

Messages : 1565
Date d'inscription : 20/03/2015
Age : 54
Localisation : Bruxelles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raketa bizontine et petite histoire de l'usine Slava de Besançon

Message  Нико_ле_Норманд le Sam 23 Juil - 15:47

Hanoi a écrit:La photo (avec des droits donc je ne mets que le lien) d'un petit pince-fesse pour le changement de directeur à l'usine:
http://memoirevive.besancon.fr/ark:/48565/a011398428281BPLrxP/1/17
(c'est pas franchement l'orgie...)
En même temps, c'est soviétique. La franche déconne ne faisait pas partie des valeurs fondamentale du système.

Hanoi a écrit:Le 15 janvier 1990, est fondée la société anonyme Slava-Précision qui reprend les actifs de Slava. Elle est dirigée par M. Aubach, déjà actifs dans l'industrie para-horlogère (sociétés Interstrap et Watch Design), le président du Conseil de surveillance de la société est un Russe, M. Korolev. La société continue ses activités horlogères dans le même bâtiment de la rue Jouchoux, en important de Russie et de Hong Kong, et exportant vers le Canada, la Suisse et l'Italie, mais elle transfert ses activités optiques en région parisienne. Slava Précision employait encore 24 personnes en 2004, mais elle est mise en liquidation judiciaire le 12 juin 2006 (procédure clôturée en 2009).

Quelques infos sur l'entreprise. M'enfin on n'en sait pas beaucoup plus.
Les greffes font payer les renseignements plus approfondis.






Une Précision ici :
http://www.montres-russes.org/t5660-nico_le_normand-slava-precision#114768
avatar
Нико_ле_Норманд
Membre du Parti
Membre du Parti

Messages : 261
Date d'inscription : 22/12/2014
Age : 53
Localisation : En haut du milieu de la Normandie du bas dans la Gauche de France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raketa bizontine et petite histoire de l'usine Slava de Besançon

Message  Hanoi le Lun 25 Sep - 8:59

Voilà la nouvelle usine Slava Besançon telle qu'achevée fin 1975

On voit bien la typographie qui va caractériser une partie de la production de Slava Besançon
voir ici
Je crois pouvoir dire avec certitude que toutes les montres portant le logo seront de Slava Besançon, mais toutes les montres sortant de Slava Besançon ne portent pas ce logo (ainsi les Raketa)

Et son inauguration officielle début 1976



(on voit qu'outre les montres, du matériel de précision comme les microscopes étaient mis à l'honneur)
avatar
Hanoi
Expert

Messages : 1565
Date d'inscription : 20/03/2015
Age : 54
Localisation : Bruxelles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Raketa bizontine et petite histoire de l'usine Slava de Besançon

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum