Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le deal à ne pas rater :
Mangas Kazé : 2 achetés = 1 manga offert
Voir le deal

Un ouvrier américain à la 1ère Fabrique de Montres de Moscou (1934) III

Aller en bas

Un ouvrier américain à la 1ère Fabrique de Montres de Moscou (1934) III Empty Un ouvrier américain à la 1ère Fabrique de Montres de Moscou (1934) III

Message  Hanoi Sam 10 Sep - 22:11

FORMATION DE NOUVEAUX CADRES

Depuis un certain temps, je demandais des travailleurs supplémentaires pour notre brigade. En septembre, j’en ai obtenu trois de plus de l’école technique. L’un de ces garçons était un très bon organisateur parmi les jeunes. J’ai souvent discuté avec lui des moyens d’améliorer la formation des nouveaux cadres. Finalement, nous avons organisé une classe technique dans l’atelier d’outillage, en commençant par une vingtaine d’étudiants. Tous les deux jours, après les heures de travail, nous consacrions une heure à des démonstrations pratiques sur les machines.
Ensuite, j’ai demandé à M. R. P. Vallier, de l’usine d’ascenseurs, de venir après les heures de travail et de nous donner un cours de théorie et de mathématiques d’atelier. Je dirigeais le cours en pratique. Par exemple, il nous a enseigné la théorie du filetage et j’ai ensuite demandé à chaque garçon de notre classe de l’essayer sur le tour sous mes instructions.
M. Vallier a également élaboré un certain nombre de tableaux mathématiques qui simplifiaient les calculs et permettaient à l’élève, une fois qu’il avait saisi le principe, d’aller de l’avant.
Beaucoup de nos étudiants, il faut le rappeler, ne venaient pas d’un milieu industriel et devaient être instruits avec beaucoup d’attention dans tous les domaines et devaient être instruits avec beaucoup d’attention dans tous les détails de chaque opération. Ils n’étaient pas tous diplômés d’écoles techniques, la majorité d’entre eux ayant acquis leur première expérience technique dans notre usine. L’horlogerie est plus difficile à bien des égards que l’automobile, le degré de précision étant infiniment plus exigeant. Nous ne permettons pas une variation d’un quart de degré d’épaisseur sur nos pièces. Un degré de précision correspond à deux mille cinq centièmes de pouce ! L’accent est mis sur l’exactitude, chaque pièce doit être mesurée. Ce travail demande des années de compétence. Une montre se compose de 159 pièces, mais implique 2 000 opérations distinctes. Dans le seul département des rubis et des mouvements, 157 opérations sont effectuées sur les 17 pièces qui y sont traitées. Et chaque opération doit être précise.

Un ouvrier américain à la 1ère Fabrique de Montres de Moscou (1934) III 4-4-7610

Mais notre classe s’en sortait bien. J’ai également fait venir un autre spécialiste américain, M. Handler, qui parlait russe. Les garçons étaient si enthousiastes qu’ils manquaient les soirées théâtre pour être avec la classe. Pour la même raison, ils étaient parfois absents des réunions des Jeunesses communistes.
Cela a causé des problèmes. Le secrétaire du noyau du Parti communiste de notre usine est intervenu. Il a donné une réprimande écrite à chacun d’entre eux pour ne pas avoir assisté aux réunions du Komsomol. Je suis allé voir le camarade et lui ai demandé de libérer les membres de notre classe technique lorsque les réunions coïncidaient avec les cours du soir. Il existe une règle dans le Parti communiste selon laquelle lorsqu’un jeune travailleur étudie à Rabfac (l’université des travailleurs), il peut être libéré des réunions du Parti. Et j’ai essayé d’obtenir la même règle pour notre classe technique. Mais je n’y suis pas parvenu et, en conséquence, la classe a éclaté.
Cet épisode constitue une histoire en soi. Il est instructif en ce sens qu’il montre le type d’obstacles susceptibles de surgir et que vous avez le devoir de combattre. Ce secrétaire était têtu et disait que les réunions du Parti étaient plus importantes que la classe. Il avait raison. Mais il aurait dû être un peu plus souple et sympathique. La règle du Parti communiste est que les classes techniques ne doivent pas être découragées. Cependant, nous avons dû nous battre contre lui. Deux de mes garçons étaient membres du bureau du Komsomol. Ils ont pris l’affaire en main et des membres du parti l’ont portée au bureau du Parti, l’un d’eux étant membre du comité de district du Parti. Le président du comité syndical, également membre du Parti, partageait mon avis. Finalement, le secrétaire a été révoqué pour avoir négligé son devoir et, dans certains cas, violé les règles générales du Parti communiste. Et ce, en dehors de la question de ma classe technique qui n’était qu’un incident dans sa conduite. Mais pendant que cela se passait, un bon moment s’était écoulé et nos étudiants avaient perdu l’habitude de venir en classe, en plus d’être découragés par l’altitude du secrétaire.
Malheureusement, bien que les hauts responsables du Parti dans le district aient soutenu mon appel, et malgré le fait que le nouveau secrétaire était un camarade très actif, capable et utile, je n’ai pas pu réunir assez de jeunes travailleurs pour continuer le cours. Depuis, j’ai été extrêmement occupé. Maintenant, je pense que j’aurais dû continuer la classe et tenter de la faire grandir. Cependant, j’espère organiser une nouvelle classe technique très bientôt. Elle devrait être meilleure que jamais avec l’expérience que nous avons eue. La principale difficulté est qu’il y a tellement de travail absorbant à faire dans mon travail que je n’ai pas encore réussi à trouver le temps.

NOUS GAGNONS LA BANNIÈRE ROUGE

En novembre 1931, nous avons remporté la bannière rouge du département de l’outillage.
C’était un événement passionnant. Nous avons alors juré de conserver cette bannière et nous l’avons toujours. A l’époque, mes garçons disaient :
« Nous avons cette bannière et nous voulons la garder. Aucune autre brigade ne pourra jamais nous la ravir. »
« Nous construisons le socialisme, » ajouta Higgerovich, « c’est pourquoi nous l’avons gagné. »
Cette mise en place de bannières à gagner rend l’atmosphère de l’usine électrique. Il y a une petite bannière pour chaque département que les brigades du département essaient de gagner. Nous avons huit brigades dans le département de l’outillage. Ensuite, il y a une bannière plus grande pour les différents départements de toute l’usine, qu’ils doivent gagner les uns aux autres.
Lors de la réunion organisée pour la remise de notre trophée, j’ai accepté les honneurs et annoncé que le nouveau contremaître de notre brigade, le nouveau brigadier, serait le paysan Lavrenov, qui avait acquis plus de compétences et de capacités administratives que tous les autres garçons. Il prit la bannière et promit de bien la garder par son exemple et sa direction. Je dois préciser que moi aussi, je devais travailler sous les ordres du nouveau contremaître et recevoir ses ordres. C’était pour l’encourager et le renforcer. En tant que contremaître, il a fait du bon travail. Après deux mois de travail, il avait suffisamment confiance en lui pour utiliser les connaissances qu’il avait acquises pour instruire les autres garçons.
Le petit Higgerovich s’est également attaché à son travail dès le début. Maintenant, c’est un outilleur compétent et certainement le meilleur ouvrier sous les ordres du contremaître Lavremov. Les autres garçons atteignent une très bonne moyenne et sont d’une grande aide. Le fait que nous ayons obtenu la bannière et que nous l’ayons gardée tout ce temps en est une preuve suffisante. Ma brigade a été la première de l’atelier à passer au système de comptabilité analytique. Ils réalisent régulièrement 100 % de leur plan de production et n’ont qu’environ 2 % de pertes. C’est splendide. En plus de leur bon travail, ils sont politiquement avancés. Lorsque le prêt du gouvernement pour la dernière année du plan quinquennal est arrivé, ils ont été les premiers à se mobiliser et ont souscrit à hauteur de 120 pour cent de leur salaire mensuel moyen. Dans l’ensemble, je suis fier et profondément satisfait de « mes garçons », comme je les appellerai toujours. Les former est le meilleur travail que j’aie jamais fait en Union soviétique.

A QUI APPARTIENT CETTE USINE?

Lorsque le sifflet retentit à la fin de la journée dans une usine capitaliste, c’est la bousculade pour sortir en liberté. Quelques minutes plus tard, les ateliers sont désertés, à l’exception des contremaîtres, du directeur et d’un commis aux registres harcelé. En Union soviétique, c’est tout le contraire. L’usine est le centre de la vie de l’ouvrier, le pivot de toutes ses activités. C’est là qu’il gagne son pain et qu’il est rassemblé, par le biais des organisations de l’usine, dans la vie culturelle. Cela implique des réunions et des discussions. Le coup de sifflet de la fin du service est généralement le signal du début d’une réunion.
Les ouvriers de notre usine organisent très souvent des réunions, notamment des réunions de production. Les réunions de production remplissent une fonction vitale en permettant à l’usine d’être au courant de son travail et d’améliorer la qualité et la quantité de la production.
Par exemple, pendant les mois d’été, lorsque de nombreux travailleurs sont en vacances ou envoyés dans des maisons de repos pour une quinzaine de jours ou un mois, la production diminue. Une réunion de production est alors convoquée, à laquelle participe chaque ouvrier, et l’on discute des moyens de stimuler la production sans empiéter sur le privilège des vacances. Outre d’importantes suggestions pour augmenter la productivité du travail, il peut être proposé que nous nous portions volontaires pour travailler le jour de congé à venir. Un autre travailleur suggère que nous fassions une heure de travail supplémentaire chaque jour. Ces propositions sont soumises à un vote et la majorité décide, probablement en faveur d’une journée de travail le jour libre suivant. Cela s’appelle un « subotnik », ce qui signifie « samedi », le samedi étant le jour habituel pour ce travail volontaire, avant le passage à la semaine de cinq jours .
De nouveau, lorsqu’il y a, disons, un grand pourcentage de travail gâché ou d’autres difficultés de production, l’organisation du Parti, le syndicat et le directeur de l’usine convoquent les ouvriers pour une consultation. Beaucoup de bonnes idées sont échangées et peut-être que certains travailleurs sont critiqués pour leur négligence. Mais le résultat habituel est une amélioration immédiate. La discipline dans l’usine ou le département est également discutée et toute décision prise est généralement appliquée. Par exemple, ils décident que chaque ouvrier doit mieux s’occuper de sa machine ou de son outil, les nettoyer, les ranger en bon ordre ; ils décident contre l’absentéisme, l’inattention ou l’ivresse. Ils sont les maîtres. Ils s’intéressent de près à l’outil et aux machines. La plupart des ouvriers restent un peu plus longtemps après les heures de travail pour nettoyer et mettre de l’ordre. Dans les pays capitalistes, les ouvriers des ateliers de mécanique ne se préoccupent pas des machines ou des outils. Mais ici, les ouvriers considèrent que les machines leur appartiennent. L’usine entière leur appartient. Personne qui a vécu et travaillé ici et qui a vu comment les conditions de vie des ouvriers sont directement liées à l’usine, ne peut le nier.
Eh bien, il suffit de jeter un coup d’oeil et de voir. Voilà l’usine. Elle fabrique des montres, des chaussures ou des automobiles.

Sa production augmente grâce aux efforts de l’ouvrier. Elle fait des profits. Avec ceux-ci, elle construit des maisons, des clubs, des bibliothèques, des hôpitaux, des théâtres, des écoles. Elle nourrit ses travailleurs dans ses cuisines et ses boulangeries. Elle les habille grâce à ses magasins coopératifs. Elle trouve le transport pour toutes ces choses et aussi la source d’approvisionnement. L’ouvrier vit pour son usine, qui s’occupe de lui directement et par l’intermédiaire du syndicat pendant toute la durée des vingt-quatre heures, année après année. Au fur et à mesure que l’usine devient plus prospère, les salaires et les avantages sociaux des travailleurs augmentent et leurs heures de travail diminuent. Alors, bien sûr, c’est son usine à lui et à elle… et, pour cette raison, il ou elle veut en faire la meilleure usine du monde.
En cela, je suis aussi devenu comme le travailleur soviétique. Quand je suis arrivé ici, j’avais l’habitude de dire à mes garçons : « C’est à vous. Vous devez le garder. Ce que vous faites, c’est pour vous seuls. » Comme si je n’étais qu’un spectateur amical et serviable, ce que j’étais en fait. Maintenant, c’est différent pour moi, de l’intérieur et par connaissance positive. À la maison, ou lorsque je rencontre des amis, nous discutons de mon usine et ils parlent de la leur. C’est le sujet le plus intéressant dont on puisse entendre parler.
Actuellement, dans mon usine, nous travaillons sept heures, de huit heures à quatre heures, dont une heure pour le dîner. Mais j’ai l’habitude de continuer après le coup de sifflet. Je n’aime pas m’arrêter. Je suis occupé et intéressé et j’ai un travail intéressant. Je ne me suis jamais senti comme ça en Amérique. Quand le coup de sifflet retentissait, je détalais avec les autres. Mais ici, je pourrais continuer toute la nuit, je suis si occupé et si heureux…

LIBÉRER L’UNION SOVIÉTIQUE DES IMPORTATIONS

Instruire et faire une journée de travail n’étaient pas les seules choses que je pouvais faire. Je voulais utiliser au maximum mes capacités et j’ai donc fait de nombreuses suggestions. La plus réussie serait, je l’espérais, une aubaine pour l’industrie horlogère soviétique. Il s’agissait de produire des aiguilles de montre qui, jusqu’alors, étaient importées, à 35 kopeks-or l’unité.
Lorsque j’ai commencé à travailler sur la première matrice, cela a immédiatement suscité l’intérêt des autres ouvriers qualifiés de notre atelier d’outillage. Ils ont également commencé à travailler sur des matrices de montres. Je me suis lancé dans une compétition socialiste avec eux. J’ai essayé de les organiser pour que nous ne fassions pas double emploi. Je leur ai parlé, je leur ai montré mes croquis et je leur ai offert toute l’aide que je pouvais leur apporter. Finalement, nous nous sommes mis d’accord pour travailler sur différentes tailles et différentes formes.
Un ouvrier, Nikolaïev, s’est engagé à faire la plus petite taille. Il m’a dit : « Même si je perds la vue, je dois faire ce travail ». Il était très déterminé et enthousiaste. Ce serait une réussite dans l’entreprise de fabriquer une montre soviétique complète en métal soviétique.
Je n’étais pas habitué à avoir autant de jours de repos (quatre jours de travail et un jour de repos), et à ne travailler que sept heures par jour. Par conséquent, tous les deux jours, je faisais une heure supplémentaire sur ma matrice d’aiguille de montre. J’ai décidé que je devais la faire fabriquer à mon rythme et j’y suis souvent allé pendant mon jour de repos pour mieux la faire avancer.
Un jour, alors que j’avais déjà fait une trentaine d’heures de travail en tout sur ma matrice, Koutnitzov, le surintendant de l’atelier d’outillage, s’est approché de moi et m’a demandé ce que je faisais. Je lui ai montré et dit ce que j’allais faire.
Il m’a immédiatement ordonné de cesser de la fabriquer. Au début, je n’étais pas enclin à lui prêter attention. C’était un jour de congé et j’étais venu spécialement pour faire ce travail. Il se trouve que l’atelier d’outillage était ouvert parce qu’il avait tellement de retard que certains ouvriers étaient aussi venus pour essayer de terminer leur plan du mois. Mais Koutnitzov est parti et m’a écrit une note sévère m’interdisant de faire le travail, même pendant mon temps libre ! Il m’a remis cette note comme une sorte de document officiel qui ne pouvait pas être contesté. Voici une traduction de la note :

« Weinberg,
« Je vous interdis d’effectuer tout travail sans ordre écrit, que ce soit pendant vos heures de travail ou non.
Le 29 mai 1931.
Kutnitzov,
surintendant. »

J’ai alors mis le travail de côté, dans l’espoir d’apaiser le jaloux. Voyez-vous, c’était une question de discipline et, bien que je me sois rendu compte de son ingérence scandaleuse et que j’étais déterminé à le combattre, cela aurait été un mauvais exemple pour moi, en tant que chef de mes garçons, de bafouer l’autorité d’un supérieur d’atelier alors qu’il existait un moyen approprié et reconnu de le faire corriger. C’est comme ça que j’ai raisonné, en tout cas. Peut-être aurais-je dû le combattre dès le début : cela l’aurait empêché plus tôt d’entraver le travail de l’usine et, par conséquent, le plan quinquennal et l’édification du socialisme.

Nikolaïev, qui fabriquait la plus petite matrice d’aiguille de montre, s’est tu et a continué à travailler. Mais Koutnitzov a fini par le découvrir et a tenté de faire licencier Nikolaïev. Mais là, il n’a pas réussi. Nikolaïev était membre du syndicat et avait été un ancien soldat de l’Armée rouge. Le beau-frère de Koutnitzov se trouvait être le contremaître de Nikolaïev et a commencé à le provoquer, jusqu’au jour où Nikolaïev a menacé de le frapper. Immédiatement, un procès d’usine a été convoqué. C’était une bonne occasion pour Koutnizov de se débarrasser de Nikolaïev et il l’a utilisée avec succès. Nikolaïev n’a pas seulement été mis à pied, il a également été suspendu du syndicat pendant six mois.
Il s’est avéré que la vanité jalouse sous-tendait l’action de Koutnitzov. Il avait rêvé de fabriquer lui-même un tel moule à main et pensait que je lui volais la vedette. Lorsqu’il a entendu parler de mon dé et qu’il a vu que j’avais vraiment quelque chose à montrer, il a été très agité. Il a soudainement commencé à faire le dessin d’une matrice mais l’a gardé caché, ne le montrant à personne. Mais c’était un mauvais dessin. S’il avait été ouvert à ce sujet, j’aurais pu l’aider, comme j’avais aidé les autres. Une telle filière était une chose simple à fabriquer, facilement réalisable dans notre usine et sans aucun secret. Cependant, en dehors de la question de la filière, Koutnitzov était incapable. Il a fait de nombreuses erreurs, interférant avec le travail du département par des « réorganisations » inutiles, déplaçant les ouvriers d’un endroit à l’autre, déplaçant les machines pour les remettre ensuite à leur place. Par exemple, il a déplacé le graveur d’un endroit bien éclairé à un endroit où la lumière était mauvaise, puis l’a remis en place. Outre cette sorte de frénésie d’agitation, il résistait aux propositions de rationalisation et tolérait le travail négligé et le gaspillage.
Pendant son administration, nous avions dix-huit employés de bureau improductifs dans l’atelier d’outillage ! Il était vital de le faire partir. Je me suis plaint au directeur technique de l’usine et j’ai soutenu les autres ouvriers qui se plaignaient. Lors des réunions de production, je l’ai attaqué, exposant ses erreurs aux travailleurs et, finalement, il a été transféré dans un autre département où il avait beaucoup moins de responsabilités et ne pouvait pas faire de mal.
Sous la direction du nouveau surintendant, le travail de l’ensemble de l’atelier s’est immédiatement amélioré. Nikolaïev, qui était un ouvrier hautement qualifié, a été immédiatement réintégré et j’ai repris le travail sur ma matrice.
Par ailleurs, j’ai appris l’existence du BRIZ de l’usine et je suis allé les voir. C’est un bureau qui s’occupe des inventions et des suggestions de rationalisation. Ils ont accepté mes suggestions concernant la filière avec empressement et m’ont promis toute l’aide nécessaire. Le directeur rouge de l’usine m’a donné l’ordre d’aller de l’avant et de me limiter à travailler sur la filière. Il a également demandé au nouveau directeur de me donner toute l’aide possible. Mais j’étais déterminé à le faire à ma façon et j’ai travaillé pendant l’équipe du soir et les jours de repos, dans le but de le terminer pour l’offrir à l’Union soviétique avant le 7 novembre, date anniversaire de la révolution bolchevique. C’est ce que j’ai fait, en estampillant quinze mille aiguilles, en adaptant un jeu de montres avec les nouvelles aiguilles, de sorte que nous avions maintenant une montre entièrement soviétique !
J’ai reçu une prime, bien sûr. Les travailleurs de mon département, en particulier mes garçons, étaient si enthousiastes que le comité de l’usine a fait faire un grand portrait de moi qui a été placé dans la rue Oudarnik pour que les milliers de personnes qui passaient par là lors du défilé de célébration du 7 novembre puissent le voir. Mais ces honneurs n’étaient pas attendus et étaient tout à fait insignifiants par rapport à ma satisfaction d’avoir accompli ce que j’avais entrepris. Je le dis en toute modestie et en toute franchise, car nous sommes dans un pays où il n’y a pas d’artifices, où les travailleurs sont francs avec eux-mêmes et avec tout le monde, où personne n’a rien à cacher et où l’on n’attend pas d’eux qu’ils aient des raisons de faire semblant.
La meilleure partie de cette histoire est que l’Union soviétique a été libérée de l’importation de montres. Pendant que nous étions tous occupés sur nos matrices, l’administration avait déjà en sa possession une matrice automatique conçue par un ingénieur russe. Cet ingénieur la leur offrait pour cinquante mille roubles d’avance, plus un emploi dans l’usine à cinq cents roubles par mois, un prix nettement élevé compte tenu de ce que représente une matrice d’aiguille de montre. Ils digéraient ses exigences. Puis, soudainement, mon moule est apparu. Elle n’était pas aussi bonne que la sienne, mais elle leur a permis de démontrer qu’ils n’étaient pas complètement impuissants sans lui. Il a rapidement changé d’avis, acceptant vingt mille roubles et un emploi à deux cents par mois. Ainsi, en fin de compte, j’ai contribué à faire économiser à l’usine trente mille roubles et une sortie mensuelle de trois cents roubles sur plus d’un an et une sortie mensuelle de trois cents roubles sur une période indéterminée. Bien sûr, je suis fier et heureux de l’avoir fait.

Hanoi
Hanoi
Expert

Messages : 3435
Date d'inscription : 20/03/2015
Age : 59
Localisation : Bruxelles

Chronotopos aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum