Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le deal à ne pas rater :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où acheter le coffret dresseur ...
Voir le deal

Horloges monumentales 6: L'horloge du siège de Léningrad

Aller en bas

Horloges monumentales 6: L'horloge du siège de Léningrad Empty Horloges monumentales 6: L'horloge du siège de Léningrad

Message  Hanoi Lun 7 Aoû 2023 - 8:49

Le siège de Léningrad a commencé le 8 septembre 1941 et fut levé par les Soviétiques le 27 janvier 1944. Cela reste le plus vaste et le plus dramatique siège de histoire, les Soviétiques perdant par les combats, les bombardements et la faim 1.800.000 hommes et femmes, dont près d’un million de civils.

Horloges monumentales 6: L'horloge du siège de Léningrad Lening10
Le siège de Léningrad
Horloges monumentales 6: L'horloge du siège de Léningrad Rian_a12
Les marins de la Flotte de la Baltique montent en première ligne

Pendant les années du siège, les Leningradiens ont vérifié leurs montres et horloges en utilisant les signaux horaires transmis par radio, et cette heure exacte était déterminée par les horloges du VNII, l’Institut de recherche en Mesures de Toute-l’Union [soviétique].
Son laboratoire de temps n’a pas cessé de fonctionner durant le siège, les signaux de temps étaient importants non seulement pour les habitants de la ville, mais aussi pour l’armée et la marine.

Horloges monumentales 6: L'horloge du siège de Léningrad 22294410
La tour et l’horloge du VNII
Horloges monumentales 6: L'horloge du siège de Léningrad Siege-10
Artillerie anti-aérienne devant la cathédrale Saint-Isaac

La plupart des horloges de rue ne fonctionnaient pas pendant la période de blocus – dans de nombreux cas, les horloges murales avaient été endommagées lors des bombardements, ainsi que des bâtiments sur lesquels elles étaient installées.

Entre septembre et novembre 1941, 80% des raids aériens allemands sont réalisés sur Leningrad -les bombardements ont pour but d’épuiser la défense et d’obliger la ville à se rendre. Ainsi au 31 décembre 1941 ont été lâchés sur la ville: 3.295 bombes explosives, 99.717 bombes incendiaires et 30.154 obus d’artillerie.
Lors du premier blocus de l’hiver, peu de gens y prêtèrent attention, mais à la fin de 1943, lorsque l’économie de la ville fut rétablie, les Léningradiens commencèrent à se plaindre de la difficultés à connaître l’heure.

Horloges monumentales 6: L'horloge du siège de Léningrad Oct_1310
Bombardement allemand
Horloges monumentales 6: L'horloge du siège de Léningrad 22292510
Horloge détruite sur la perspective Moskovsky

Par exemple, le 7 janvier 1943, le journal Smena a publié une lettre adressée au rédacteur en chef par A. Belov, un employé d’une des usines de Leningrad, qui écrivait: «Notre ville a restauré et remis en ordre toute son économie énorme et complexe: il y a un système d’adduction d’eau et un système d’égouts, le travail du tram a été ajusté, de nombreux établissements de service public ont été ouverts. Mais on ne sait pas pourquoi les horloges n’ont pas été restaurées dans les rues de la ville. Inutile de dire que c’est très nécessaire. «

L’horloge mécanique de la tour du VNIIM, installée en 1905, a été la seule horloge de rue de Leningrad à ne pas s’être arrêtée pendant le blocus.
L’horloge était sous le contrôle du laboratoire du temps, qui la comparait à l’horloge de référence, de sorte que le moment du mouvement de la grande aiguille à la fin de chaque minute ne différait pas du temps réel de plus de 0,1 seconde.
Si cette valeur s’avérait supérieure, l’horloge était ajustée: des poids étaient ajoutés ou enlevés sur l’étagère supérieure ou inférieure, fixées aux extrémités supérieure et inférieure du pendule.
Ainsi, le centre de gravité du pendule était élevé ou abaissé, et l’horloge ralentissait ou accélérait son rythme.
Le réglage quotidien de cette horloge prenait plusieurs minutes. L’employé de VNIIM qui remontait la montre devait soulever une charge assez importante à une hauteur de plusieurs mètres, ce qui mettait en mouvement la montre et le mécanisme de déplacement des aiguilles extérieures.
Cela se faisait avec une grande manivelle insérée dans le mécanisme d’enroulement. Au moment du mouvement des aiguilles de l’horloge de la tour, il était nécessaire d’arrêter le remontage.
Pendant le remontage, le mécanisme de commande était mis en mouvement par un poids auxiliaire, qui était armé avant le remontage de la montre. Une fois remontée, l’horloge fonctionnait pendant 27 heures, c’est-à-dire qu’elle devait être remontée quotidiennement. Un retard de plus de 3 heures provoquait l’arrêt de l’horloge.
Pour démarrer l’horloge, il fallait monter au cinquième étage du bâtiment n°3, puis marcher dans le couloir de l’appartement où habitait le chef du laboratoire du temps du VNIIM, Vyacheslav Lassane, ainsi que sa famille, puis monter un escalier en colimaçon jusqu’à l’horloge.

Horloges monumentales 6: L'horloge du siège de Léningrad 22295510
Le mécanisme de l’horloge du VNII
Horloges monumentales 6: L'horloge du siège de Léningrad Shosta10
Dmitry Chostakovitch, pompier volontaire pendant le siège. Il composait alors sa symphonie n°7 en l’honneur de la ville.

Pendant tout le blocus, l’horloge de référence ne s’est arrêtée qu’une seule fois, lorsque, lors d’un bombardement, l’onde de choc de l’explosion est venu en antiphase par rapport au plan du pendule oscillant.
Le Comité municipal du Parti communiste a immédiatement été en communication avec le VNII. L’arrêt de l’horloge avait alarmé les habitants de la ville, et l’ordre était donné de redémarrer le mécanisme immédiatement.
L’arrêt a duré moins d’une journée et les employés du VNIIM ont rapidement éliminé le dysfonctionnement qui perturbait l’horloge de Leningrad, qui était utilisée non seulement par les citadins, mais aussi par les soldats qui montaient en première ligne ou rentraient dans la ville.

Le laboratoire de temps VNIIM était en communication constante avec la « grande terre » (comme on appelait l’URSS à partir des zones isolés, ou encerclées) à l’aide de l’émetteur radio « Olga », alimenté sans interruption.

L’horloge astronomique considérée comme la plus précise était celle de la société munichoise Riefler (Riefler, 1902). Trois de ces horloges constituaient un standard de groupe pour garder l’heure exacte.
Enfermées dans un boîtier en verre hermétiquement fermé, ces horloges avaient un remontage électrique et se distinguaient de celles utilisées précédemment par une plus grande précision et stabilité du parcours. Cette montre a servi de référence jusqu’en 1951, après quoi elle a été transférée au musée du VNII.

Horloges monumentales 6: L'horloge du siège de Léningrad Riefle10
Une horloge Riefler

L’heure de Léningrad avait une importance stratégique – cela est attesté, par exemple, par le fait que l’horloge de référence était incluse dans la liste des équipements susceptibles d’être détruits si les Allemands parvenaient à entrer dans la ville.
Cette liste a été établie à l’été 1942, lorsque l’assaut de Léningrad par les nazis menaçait. Vyacheslav Lassane, a écrit à ce sujet: «Un plan de sabotage a été élaboré, c’est-à-dire une liste d’équipements qui doivent être détruits si les Allemands pénètrent à Leningrad. J’ai reçu pour instruction de détruire l’horloge de référence, et des sacs de TNT et d’engins explosifs ont été émis pour eux ».

Les travailleurs du VNII qui n’avaient pas été évacué contribuèrent efficacement à la défense de la ville.
En 1942, un laboratoire spécial a été organisé au VNIIM a conçu un dispositif pour détecter l’emplacement et la nature des dommages au câblage électrique dans les chars, les avions, les sous-marins, un appareil de communication téléphonique avec des transmissions cryptées sur le terrain, des équipements pour les champs de mines, etc.

Horloges monumentales 6: L'horloge du siège de Léningrad Lening10
A peine sorti d’usine, les chars montent au front
Horloges monumentales 6: L'horloge du siège de Léningrad P9122-10
La fin de blocus

Pour l’anecdote, le VNII a contribué à l’effort de guerre non seulement dans ses compétences, mais aussi en réalisant, à partir de son laboratoire de chimie, une production semi-industrielle d’allumettes jusqu’en août 1943, lorsque la production d’allumettes fut rétablie par les entreprises de l’industrie locale de Leningrad.
Horloges monumentales 6: L'horloge du siège de Léningrad 13885610
Une boîte d’allumettes du VNII

Source principale: cet article de TASS
Hanoi
Hanoi
Expert

Messages : 3583
Date d'inscription : 20/03/2015
Age : 60
Localisation : Bruxelles

Chronotopos aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum